jeudi, 06 août 2015 12:58

GNV Video

Écrit par

Une vidéo sur les actions de Génération Non-violente

En 2011, Gandhi International a organisé, en partenariat avec le SERPAJ (Service Paix et Justice) d'Asunción, des sessions de formation au Paraguay sur la communication et l'action non-violente.

En s’appuyant sur le réseau du SERPAJ en Amérique Latine, nous avons élaboré et proposé à Adolfo Pérez Esquivel, fondateur du mouvement et du réseau, un cycle de formations à la communication et à l'action non-violente. Ce cycle peut s'envisager sur plusieurs niveaux: 1° niveau consacré à la compréhension et à la maîtrise du concept, un  2° niveau consacré à la formation de personnes,  un 3° niveau dédié lui à la formation de formateurs.

 

logo serpaj2

L'initiative est venue de Michel Ferré et Christophe Grigri et l'événement s'est déroulé du 11 au 16 avril 2011, avec la participation également de Pilar de la Torre, formatrice espagnole en Communication NonViolente, et de Ana Juanche, coordinatrice du SERPAJ pour l'Amérique du Sud.

Après une réunion avec Adolfo Pérez Esquivel et son équipe de Buenos Aires, en Argentine, ainsi qu'avec Ana Juanche, nous nous sommes rendus à Asunción, capitale du Paraguay, où toute l'équipe du SERPAJ local nous a chaleureusement accueillis et hébergés, et où Pilar de la Torre est venue nous rejoindre. C'est en effet au sein des locaux du SERPAJ que se sont déroulées les deux sessions d'information et de formation, selon le programme suivant:

  • 1° jour : exposition de la philosophie de la non-violence; projection d'un film catalan sur la marche indienne non-violente Janadesh de 2007 et débat sur le film avec le public (30 personnes environ);  exposition par Michel Ferré de la nécessité d’un travail de préparation préalable à l'action non-violente et sur l’idée gandhienne selon laquelle une action non-violente extérieure a besoin d’une attitude intérieure non-violente au sein de chacun; présentation du concept de centre intérieur de paix; brève session de sophrologie et de relaxation; débat sur la pertinence de la non-violence en Amérique Latine; clôture de la première journée par une session de danses du monde.
  • 2° jour : le SERPAJ d'Asunción nous présente une courte vidéo extraite d’un débat philosophique sur l’éducation, suivie d'une exposition sur la nécessité d’être réellement (différence en espagnol entre ser/estar); Ana Juanche présente ensuite le programme NOVA, ainsi que plusieurs dynamiques et ateliers sur la non-violence active en Amérique Latine.
  • 3° jour : participation à un programme radiophonique d’une heure au cours duquel est organisé un débat entre plusieurs interlocuteurs, dont M.Ferré, C. Grigri et Ana Juanche, retransmis en direct sur Radio Fé y Alegría, sur le sujet suivant: sécurité et démilitarisation du point de vue de la non-violence en Amérique Latine.
  • 4° et 5° jours : sessions de formation à la Communication NonViolente par Pilar de la Torre.

Une évaluation finale a permis de mettre en évidence le très grand plaisir et le vif intérêt des participants (une soixantaine en tout) pour cette initiative. Certaines personnes ont ainsi manifesté leur volonté de devenir formateurs.

Vous pouvez télécharger un extrait de notre Infolettre consacrée à cette formation en cliquant ici.

Nous sommes actuellement en recherche de financements afin de poursuivre ce cycle de formations.

En janvier 2012, à l'initiative de François Verlet pour Gandhi International ainsi que de Camille Gomis et Denyse Leleu pour Génération Non-violente, en partenariat avec l'Institut Catholique de Paris, une session de formation à la résolution non-violente des conflits a été organisée en janvier 2012 à Brin, en Casamance, autour du thème suivant:

 

Consolider la paix et reconstruire les communautés : former les formateurs

jeudi, 27 mars 2014 00:00

Qui sommes-nous ?

Gandhi International est une association française qui promeut la non-violence, et particulièrement la pensée et la stratégie de Gandhi comme une des réponses principales face aux défis du 3ème millénaire.

Louis Campana, militant et réalisateur, a rencontré les activistes de Jana Sahajya pendant la marche de Janadesh en 2007; il a ensuite visité les villages des familles les plus démunies habilitées par Jana Sahajya, une ONG locale, pour comprendre ce qu’étaient leurs conditions de vie actuelles. Touché par les épreuves qu’elles enduraient, Louis Campana a décidé, avec d’autres personnes partageant la même vision des choses, de créer l’association Shanti Orissa, afin de lever des fonds permettant à Jana Sahajya d’aider ces familles à améliorer leurs conditions de vie.

 

 POUR QUE VIVE LA TERRE - RDC 2018

 

Un événement en République Démocratique du Congo organisé en février 2018